Avec les nouveaux c’est toujours pareil

Que pensez-vous de cette réflexion du pianiste Víkingur Ólafsson qui remet en cause l’enseignement de la musique dans les convervatoires en disant que ces derniers se focalisaient trop sur les œuvres monumentales et à grande échelle telles que La Passion Selon Saint Matthieu et les Partitions Goldbergs. Il rajoute également qu’il était tout à fait possible de trouver une telle grandeur et une telle maîtrise dans un bref prélude de piano, une fugue ou un mouvement d’une suite pour violoncelle.

Ça me fait penser qu’un jour un médecin m’a raconté que malheureusement ont cloisonnés trop les étudiants en médecine dans les principales maladies, et qu’une fois médecin ils étaient impuissants face à de nouvelles maladies (comme la fibromyalgie). Ils ne savent plus « impoviser », tout est carré chez eux, une nouvelle maladie n’est pas possible pour eux.

À bien y réfléchir, l’enseignement quel qu’il soit se comporte de la même façon…

Veuillez m’excuser j’ai un peu témoigné sur mon vécu.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Musicalement

Nicolas

Ça pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *