Haydn: Organ Concertos HOB XVIII review

NOTE GLOBALE: 4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)

Artiste(s): Iain Quinn, Sophie Gent, Arcangelo
Compositeur(s): Franz Joseph Haydn
Label: Chandos
Date de sortie: octobre 2019

Carnet de notes
Interprétation: 4.6 out of 5 stars (4,6 / 5)
Qualité sonore: 4.7 out of 5 stars (4,7 / 5)
Bien-être: 4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)
Récompense(s):

Ecouter l'album en streaming sur Apple Music
Acheter l'album sur Amazon
Partagez votre avis sur notre page Facebook

DESCRIPTION, INFORMATIONS

Arcangelo et Jonathan Cohen se joignent à Iain Quinn pour cet enregistrement des concertos pour orgue de Haydn, enregistrés sur les orgues Grant, Degens et Bradbeer de St Mary’s, Woodford. La violoniste Sophie Gent joint ses forces pour le double concerto (n ° 6). Les concertos nos 1 et 2 pour orgue font partie des œuvres les plus anciennes du compositeur et semblent avoir été écrits dans les années 1750, avant que Haydn ne soit entré au service des Esterházys, en 1761. Il est possible qu’ils aient été écrits pour l’orgue en la chapelle de la chancellerie de Bohême à la Judenplatz à Vienne, où Haydn a été brièvement employé. Le double concerto date de 1766, date à laquelle Haydn s’établit pleinement en tant que compositeur et compositeur Kapellmeister .

Chandos

COMPTE-RENDU

Quelle beauté d’entendre ces concertos pour orgue et orchestre. Les quatre concertos joués dans ce CD sont tirés d’un groupe de six partitions, œuvres qui sont toutes en trois mouvements (vif, lent, vif). Le premier concerto est sans contrefaçon le plus beau, l’orchestre arcangelo accompagné de deux hautbois font des merveilles dans ce premier concerto. Sur la partition originale il y’a même une indication poux deux trompettes mais les portées sont vides. Le concerto numéro dix est le moins étendu des trois autres. La musique sait prendre toute autre forme, l’orgue peut très bien être accompagnateur et aussi basse continue. Les phrasés, les gammes, sont excellentes, nous sommes ébahis par autant de maîtrise. On ne sent pas de point de rupture entre l’organiste et les chambristes. Quand Sophie Gent intervient dans le sixième concerto c’est une pure merveille, elle éblouit par son talent l’espace sonore.

Le baroque se fait barock, et c’est un délice que d’écouter. Nous avons un son excellent qui permet d’entendre chaque instrument à son juste milieu. Cet album est une agréable surprise, comme souvent chez Chandos, et c’est vraiment un moment baroque comme on les aime.


IDÉES CDs