Le rêve et la terre / Debussy – Ginastera review

NOTE GLOBALE: 4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)

Partagez votre avis sur cet album via Facebook

Artiste(s): Orchestre de Lutetia; Alejandro Sandler, direction
Compositeur(s): Claude Debussy, Alberto Ginastera
Label: Klarthe
Date de sortie: 18/10/2019

Carnet de notes
Interprétation: 4.8 out of 5 stars (4,8 / 5)
Qualité sonore: 4.7 out of 5 stars (4,7 / 5)
Bien-être: 4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)
Récompense(s): Bien-Être

DESCRIPTION, INFORMATIONS

Pour son premier CD, l’orchestre de Lutetia a fait le choix de réunir deux figures majeures de la musique française et argentine. Deux pays, deux compositeurs, deux univers en lien direct avec les influences qui ont bercé son chef Alejandro Sandler. Le rêve et la terre, c’est le savant mélange entre la délicate palette sonore de Debussy et la nervosité lyrique de Ginastera. Le voyage entre deux mondes liés l’un à l’autre, que tout sépare et rapproche. Les trois œuvres choisies de Debussy sont tout à la fois distinctes et pourtant voisines. Symboliste et impressionniste, Debussy a très tôt été riche et varié dans ses compositions de la première partie de sa vie créatrice. La suite Estancia révèle en termes énergiques et nostalgiques la vie rude des Gauchos nomades dans les plaines sauvages d’Argentine. A travers une version qui se veut descriptive et subjective, l’orchestre de Lutetia a voulu mettre en relief ce qu’était la véritable vie d’un gaucho argentin au milieu du XIXème siècle. Ils ont su garder les couleurs impressionnistes de l’œuvre littéraire argentine dont est inspirée la suite : le « Martin Fierro ».

Klarthe

COMPTE-RENDU

La petite suite de Debussy est vraiment exquise. L’orchestre l’interprète de manière féerique et avec une légèreté vraiment bien maîtrisée. ‘❤️ Coup de cœur pour le menuet’. ‘Prélude de l’après midi d’un faune’ est le trésor caché de cet album. Il éblouit par sa mélodie et la retenue qu’a l’orchestre. ‘La danse pour harpe et cordes’ donne envie de danser puis de tournoyer encore et encore jusqu’à l’ivresse puis tomber pour trouver un bien-être. Avec Estancia c’est toute la fougue du Brésil qui s’exprime dans cette suite de Ginastera. La fougue, les rythmes endiablés et même le sifflet. Bref c’est une danse à cent à l’heure qui clos l’album.

Tout n’est que voyage de l’âme, magie, beauté et légèreté dans ce merveilleux album, revigorant mais aussi entraînant. Il est très bien construit en plus. Toute l’intelligence et le travail effectués par l’Orchestre Lutetia et Alejandro Sandler est splendide. Ses notes et ses couleurs sont tellement apaisantes.

La prise de son reflète merveilleusement bien toutes les sonorités de l’album.