Rossini - Petite Messe Solennelle

Rossini – Petite Messe Solennelle review

NOTE GLOBALE: [usr 4.5]

Artiste(s): Eleonora Buratto, Sara Mingardo, Kenneth Tarver, Luca Pisaroni, Wiener Singakademie, Orchestre Philharmonique du Luxembourg & Gustavo Gimeno
Compositeur(s): Gioachino Rossini
Label: Pentatone
Date de sortie: 5 avril 2019

Carnet de notes
Interprétation: [usr 4.6]
Qualité sonore: [usr 4.5]
Bien-être: [usr 4.4]
Récompense(s): Choix de Classique HD, Bien-Être

Ecouter l'album en streaming sur Apple Music
Acheter l'album sur Amazon
Un questionnaire sur l'album basé sur la musicothérapie.

[modalsurvey id= »803736768″ style= »click »]

DESCRIPTION, INFORMATIONS

Dans la Petite Messe solennelle (1863-1867) de Rossini, les tons sacrés se fondent parfaitement dans les allusions à ses opéras comiques. « Est-ce de la musique sacrée que j’ai écrite ou alors de la musique du diable? », Se dit le compositeur dans une lettre personnelle. La masse énigmatique mais très agréable de Rossini témoigne de sa riche palette musicale, allant des vestiges «archaïques» de Bach, Haydn et Mozart aux audaces harmoniques qui pointent vers la musique de Fauré et même de Poulenc. En dépit de cette gamme stylistique, la Petite Messe solennelle semble indéniablement rossinienne et continue d’enchanter le public à ce jour. Initialement composée pour un petit ensemble de chanteurs accompagné de deux pianos et d’un harmonium, la pièce est présentée ici dans l’orchestration de Rossini.

Pentatone

COMPTE-RENDU

Rien que la basse (Kyrie) qui ouvre la messe fait frissonner à elle toute seule. Les cordes sont comme en apesanteur, soutenue par une force spirituelle. Les voix s’accordent parfaitement et c’est un réel plaisir de les entendre. Chaque instruments et chaque voix trouvent parfaitement leur place et cela génère une parfaite osmose avec un sentiment de clarté naturelle. On a quelque fois l’impression de se retrouver à l’opéra, comme par exemple dans le Domine Deus (Gloria), la patte rossinienne ressort dans son plus fort attrait. Le final de l’album, « Agnus Dei », est d’une telle splendeur céleste.

Cette « Petite Messe Solennelle », petite par la formation orchestrale et qui n’est point une messe, est somptueuse et nous livre de superbes mélodies et de belles couleurs sombres. Tous les acteurs qui ont participé à cette ouvrage ont réussi à livrer une version en tous points exceptionnelle.


IDÉES CDs

Les réponses du questionnaire

[survey_answers id= »803736768″ title= »

 » bgcolor= »#e7baa0″ color= »#fff »]