The Symphonic Euphonium II

NOTE GLOBALE: [usr 4.5]

Partagez votre avis sur cet album via Facebook

Artiste(s): David Childs, BBC Philharmonic, Ben Gernon
Compositeur(s): Ralph Vaughan Williams, Edward Gregson, Paul Mealor, Michael Ball
Label: Chandos
Date de sortie: 01/11/2019

Carnet de notes
Interprétation: [usr 4.8]
Qualité sonore: [usr 4.5]
Bien-être: [usr 4]
Récompense(s):

DESCRIPTION, INFORMATIONS

Libérer tout le potentiel de l’euphonium en tant qu’instrument de concerto avec orchestre symphonique était une ambition pour David Childs depuis la création en 2000 de la version pour orchestre du Concerto d’Euphonium de Philip Wilby dans la finale du Jeune musicien de l’année de la BBC, qui a eu lieu. Les quatre compositions de cet album sont tous les résultats de cette ambition, de différentes manières. Écrit pour les célébrations du jubilé d’or du London Symphony Orchestra, le Concerto pour tuba de Vaughan Williams a été créé, lors du concert anniversaire de 1954, par le principal tubiste de l’orchestre, Philip Catelinet. Après la première création de Catelinet, la possibilité de créer une version pour tuba ténor (euphonium) a été approuvée par Vaughan Williams, mais sa viabilité commerciale a été mise en doute. Plus de six décennies plus tard, avec l’approbation de OUP et du Vaughan Williams Charitable Trust, une édition pour tuba et orchestre de ténor a été réalisée pour cet enregistrement par David Childs et l’orchestrateur Rodney Newton. Les trois autres concertos de ce disque ont tous été commandés par David Childs.

Chandos

COMPTE-RENDU

L’euphonium ou Tuba Basse, voilà un bel instrument qu’on entend peu souvent en solo. Chandos permet à David Childs d’exprimer à travers ce disque tout son talent de tubiste, aussi technique que mélodieux. Le résultat est bluffant…

Guide ==> C’est sur le « Concerto pour tuba ténor et orchestre » de Ralph Vaughan Williams arrangé pour le tuba basse (premier enregistrement pour cette version). C’est dans le second mouvement qu’on peut entendre tout l’art de cet instrument et se rendre compte qu’il peut avoir un magnifique jeu lyrique.