Brahms: The Symphonies

Interprétation:4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)
Oeuvre:5 out of 5 stars (5,0 / 5)
Son:4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)
Bien-être:4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)
Average:4.6 out of 5 stars (4,6 / 5)

APPLE MUSICCLAVES

  • Album: BRAHMS: THE SYMPHONIES
  • Artiste Principal: Thomas Zehetmair & Musikkollegium Winterthur
  • Compositeurs: Johannes Brahms
  • Label: Claves
  • Genre: Classique
  • Date de sortie d’origine: 24 mai 2019

Nous savons que Brahms a attendu une certaine forme de maturité pour faire ses quatre symphonies et que la première fut écrite sur vingt ans. Dans ses symphonies Brahms a renoncé aux « scherzos » si important aux yeux de Beethoven. C’est surement dans la quatrième symphonie qu’un troisième mouvement peut être comparé à un scherzo, mais par son apparence uniquement.

Le chiffre 4 comme le nombre de symphonie de Brahms et de Schumann

La première symphonie est une belle réussite, elle va bon train avec une belle ténacité dans le premier et dernier mouvement. Les intérieurs, quant à eux, sont chaleureux et raffinées; le second mouvement est d’une grande beauté, il appelle à la sérénité, au bien-être … Le hautbois puis la clarinette sont accompagnés des cordes délivrant des accords d’une belle tendresse et très bien tempérés. Le troisième mouvement est une belle leçon de grâce et de plénitude.

La seconde symphonie est la plus plaisante des symphonies pour beaucoup de mélomanes, certains la disent « Pastorale », mais elle a aussi une certaine mélancolie cachée dans le premier et le deuxième mouvement. L’ « Adagio Non Troppo » est difficile, de part ses diverses émotions et par son écriture contrapuntique très recherchée. Le troisième mouvement est dansant, enjoué, les changements de dynamique sont très bien gérés par l’orchestre. Le dernier mouvement ferme la symphonie avec un thème en fanfare. Thomas Zehetmair nous offre une deuxième expressive et pleine de sentiments, ce qui laisse entrevoir une belle expressivité chez le chef autrichien.

Un mot pour résumé ses symphonies ? Équilibre

La troisième symphonie est gorgée de divers sentiments difficilement compréhensifs. L’orchestre et son chef offrent une belle interprétation puissante avec une dynamique implacable et nous montre tout leur talent en rendant une copie parfaite de cette symphonie No. 3.

La quatrième symphonie est considérée comme la plus belle des quatre. Brahms a toujours cherché à redonner vie au baroque en y introduisant le romantisme de son époque. La quatrième est donc construite avec l’inspiration de l’ancien et du contemporain. Le maestro Zehetmair et le Musikkollegium Winterthur ont su transmettre tout le charme des deux premiers mouvements, la vitalité du troisième et livrer sans frémir le sublime dernier mouvement qui est d’une grande technicité et qui remet au goût du jour la forme de la « Passacaille ».

Tout au long de cette intégrale le Musikkollegium Winterthur et Thomas Zehetmair ont su donner toute la richesse et l’envergure qu’il fallait à ces quatre symphonies de Brahms. Thomas Zehetmair réalise là une belle performance avec ces pages enregistrées en public avec le Musikkollegium Winterthur dont il est le chef principal.

Il est resté toute sa vie récalcitrant à l'opéra
Distinctions: Album de la semaine du 31 mai au 7 juin