Reflets: Simon Zaoui & Julien Hardy

KLARTHEHI-RES QOBUZAlbum de la semaine du 12 avril au 19 avril

  • Artistes:  Julien Hardy, basson; Simon Zaoui; piano
  • Compositeurs: Divers
  • Date de sortie d’origine: 16 novembre 2018
  • Label: © Klarthe
  • Durée totale: 54′ 45
  • Genre: Musique de chambre

Voici un florilège de pièces françaises de la première moitié XXe siècle, composées pour basson. Ces compositeurs, Fauré excepté, ont beaucoup composé pour les instruments à anches, simples et doubles. Et si tous sont joués dans le monde entier, certains restent encore à être redécouverts et appréciés dans notre pays. Retard d’autant moins explicable que l’école française des vents fait briller également ses instrumentistes un peu partout et notamment en Asie, un continent qui a découvert plus récemment la musique classique. « Vaut le détour ». Cette phrase du langage touristique pourrait aussi s’appliquer à la musique. Voici donc une belle occasion de partir en voyage avec à bord quelques-uns des meilleurs interprètes de cette musique.

Klarthe

CRITIQUE HD

C’est assez rare d’entendre un basson se donnant en récital aujourd’hui ! A la base j’ai toujours trouvé le basson un peu mystérieux, un bois parmi d’autre vivant dans une forêt mystique. Pardon je raconte ma vie là ! Dans tous les cas je ne savais pas du tout ou allait me mener cet album. Dès la Sonate opus 168 de Camille Saint-Saëns je me suis dit « tiens ça coule de sources »; je me suis alors demandé si l’eau avait quelconque rapport avec le titre « Reflets »; c’est comme cela que j’ai démarré le voyage.

A l’écoute il est indéniable que la technique et l’émotion sont présents dans le jeu de Julien Hardy. Mais le jeu de Simon Zaoui avait trop d’attaque je trouve. Ça ne s’emboîtait pas bien avec le Basson.
Peut-être un jeu à la pédale mal géré, je ne sais pas vraiment. Mais moi personnellement je l’aurais aimé moins fortissimo.
La Sonate « Op. 71 » de « Charles Koechlin » est superbe. Le piano y était excellent. Doux et tendre, avec un avec un coté mystérieux.
L’album « Reflets » se termine en apothéose; « Romance et tarentelle » de Max d’Ollone est est d’une beauté inouïe ! On sent, là, la grande complicité entre Julien et Simon. L’écoute de l’autre fait mouche. Et c’est comme ça que c’est beau la musique. Mais malheureusement c’est à la fin que l’on ressent cela. Mais comme je dis toujours « cela ne tient qu’à moi ».

Interprétation:4 out of 5 stars (4,0 / 5)
Oeuvre:4 out of 5 stars (4,0 / 5)
Son:4 out of 5 stars (4,0 / 5)
Bien-être:3.5 out of 5 stars (3,5 / 5)
Average:3.9 out of 5 stars (3,9 / 5)
Je vous souhaite une belle écoute
Musicalement
Nicolas